Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 08:13

- Il semble maintenant avéré que la bipédie(station debout) a précédé l'apparition des grands singes actuelles, ce que certains traduisent par "le singe descend de l'homme".

- En ce qui me concerne, je conteste l'appartenance de l'homme à la famille des primates et un lien monophylétique entre l'homme et le singe.

- L'homme est un plantigrade, c'est à dire qu'il se déplace en posant toute la plante et le métatarse au sol au même titre que l'ours et le panda, le raton laveur, le lapin, le blaireau, la souris...mais pas les primates qui ont un gros orteil opposable comme le pouce de la main de l'homme. L' homme et le singe sont considérés de la même famille du fait que tous deux présentent une main au pouce opposable, du comportement social évolué et des capacités cognitives des grands singes, surtout les chimpanzés,et parmi eux, les bonobos.

 

-La main de l'homme au pouce opposable, présente cependant des différences anatomiques notables avec celle du chimpanzé(link) :

 

 

                                  homme                      chimpanzé

 

pouce:                      long et épais                               court et mince

 

phalanges:              non incurvées                               incurvées

 

sensibilité des

bouts des doigts:   grande                                            faible

 

pince pouce et

autre doigts:          les objets sont saisis entre         les objets sont saisis entre le pouce

                                  le pouce et le bout des                et la première phalange

                                  autres doigts

 

 

- Des points communs de part les capacités cognitives et les caractéristiques comportementales peuvent résulter d'une évolution convergente sans qu'il y ait parenté phylogénétique. Ce fut le cas de la protection de la progéniture qui s'organisa dans différentes classes animales au cours de l'évolution, ce fut le cas de l'évolution parallèle au sein de la classe des mammifères des deux sous classes, les mammifères placentaires et les mammifères marsupiaux: évolution séparée sur des aires géographiques séparées aboutisant à des "doubles évolutifs", et quand le passage du Panama permit de joindre l'Amérique du Nord à celle du Sud, les mammifères placentaires du nord migrèrent au sud et progressivement éliminèrent leur "double" marsupial(un marsupial, comme le Kangourou a une gestation de 35 jours, accouche donc d'un embryon qui poursuivra son évlution dans la poche marsupial pendant 235 à 250 jours.) Cette suprématie des placentaires semble être lié au mode de gestation qui permet un meilleur développement physiologique entre espèces placentaires - marsupiales comparables( les marsupiaux compte non seulement des herbivores mais aussi des carnivores comme le tigre à dents de sabre, le loups de Tasmanie ou le chat marsupial) ou encore par la possibilité d'une immunité meilleure chez des placentaires jouant le rôle de vecteurs pour des affections épidémiques. Il en fut de même quand les européens introduirent des mammifères placentaires en Australie qui firent des ravages dans la faune marsupiale.

 

- La classification phylogénétique, s'appuie quand c'est possible, sur des données embryologiques, comparons donc la gestation de l'homme et du chimpanzé:

  • La gestation de l'homme est plus longue que celle du chimpanzé, et pourtant, à la naissance, le petit du chimpanzé est plus mature que celui de l'homme:
  • l'ossification du nouveau né chimpanzé est plus avancé que celle du nouveau né humain, le crâne  notamment,les           doigts qui à la naissance ne comporte aucun points d'ossification, et les dents absentes....
  •  L 'évolution neurologique d'un cerveau d'un chimpanzé nouveau né correspond à celle d'un nourrisson de 6mois.

 

- L'homme semble donc accouché, non pas d'un embryon comme un marsupial mais d'un foetus. Phénomène nommé

   néoténie. Hors ce phénomène est également observé chez un autre plantigrade: l'ours. A la naissance, l'ourson est aveugle, édentée et chauve. Le Panda affilié a la famille des ursidés, présente un faux pouce opposable, c'est à dire un os sésamoïde transformé en pouce qui s'oppose aux cinq autres doigts(le panda a 6 doigts), hors précisément , il existe des malformations congénitales de main à 6 doigts chez des humains.,

 

- D'autre part, des analyses ADN ont prouvés que de petit mammifères arboricoles se déplaçant en vol plané grace à une membrane entre les membres supérieur et inférieur, les cynocéphalus(nommés "écureuil volants" que l'on rapprocha à tort précédemment aux chiroptères, famille des chauves -souris), sont un genre proche des primates, si bien qu'une équipe a décidé de les classer définitivement dans les primates.

 

On peut donc émettre l'hypothèse que l'homme est le dernier maillon de l'évolution des ursidés, que les australopithèques étaient des ursidés frugivores et proche du Panda, et que les chimpanzés sont l'aboutissement d'une lignée évolutive dont un cynocéphalus était peut être l'ancêtre. Rappelons que si le chimpanzé a 98,5 °/° de ses séquences d'ADN commun avec l'homme, l'homme a 46 chromosomes, le chimpanzé 48, les six familles d'ours 74. L'évolution d'un ursidé vers l'homme a t-elle pu se faire par une perte de chromosomes?

 

- S'il est bien difficile d'établir une filiation phylogénétique pour l'homme, on peut cependant parler entre l'homme et le chimpanzé, d'évolutions parallèles aboutissant à une convergence évolutive partielle des capacités cognitives et du comportement social, comme il en a été entre les mammifères placentaires et marsupiaux.

Il a été constaté des hybridations entre deux espèces de singes différentes donnant une descendance féconde, des fossiles d'homoninés en faveur de métissage.

On peut supposer que l'homme est peut être le résultat d'acquis par métissage successifs, entre homo habilis et homo ergaster, entre homo sapiens et homo ergaster, entre homo sapiens sapiens et homo néanderthalis(ce que l'étude de l'ADN confirme pour 1°/° del'ADN), et entre métis. La sélection naturelle sélectionnant les métis "positifs", c'est à dire héritant des acquis de chaque parents présentant un avantage adaptatif aux différents milieux colonisés par l'homme. Les différentes races humaines originelles seraient donc le résultat d'un même métissage, mais avec selon les populations, des variations du pourcentage du patrimoine génétique spécifique de chaque ancêtre homo.

- lire également: Notre ancêtre Panda

  Les virus sont les artisans de l'évolution du Vivant.

  linkconnaitrons nous la même fin que l'homme du Néanderthal ?

 

 

Repost 0
Published by mariejeannejourdan - dans préhistoire paléanthologie
commenter cet article
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 08:43

Comme il est troublant de constater combien mythes et légendes sorties de l'imaginaire semblent le reflet d'une réalité historique de la nuit des temps comme le reflet des étoiles observées par les astronomes qui nous viennent d'une lointaine galaxie, si loin que même à la vitesse de la lumière, elles ne sont le reflet d'un passé au lointain à une époque où le premier hominidés n'existait pas.

Tout y est : depuis la naissance du temps de la mythologie égyptienne qui lie l'apparition de la vie à l'apparition d'un monde ordonné, de Cnossos dieu grec originel qui dévore ses enfants et les légendes d'ogres de tout temps, et la certitude que l'anthropophagie est liée à l'histoire des premiers hommes, de la terrible sélection pour la survie dont homo sapiens semble un survivant de bon nombre d'extinctions massives au sein de la branche des hominidés et la notion religieuse datant de St Paul où les élus ne sont qu'une poignée de grains de sable du sable du désert, idées reprises par Luther et la notion de grâce.

 

Dans link larecherche, Trenton W holliday, évoque l'hybridation des hominidés, notamment homme du Néanderthal et homo sapiens, au moyen orient il y aurait 100 000 ans.

Cela ne me surprend pas, bien avant que l'on ne parle de 1 à 4 °/° de gènes hérités de Néenderthal, j'avais déjà remarqué que même en France, des individus présentaient certaines caractéristiques attribuées à Néanderthal, l'hybridation de diverses branches d'hominidés expliquerait mieux la grande variété du phénotype de l'homme actuel.

Je me suis interressé à Néanderthal, notre cousin qui a survécu si longtemps à de rudes variations climatiques, et je me suis demandé si un jour, homo sapien ne connaîtra pas lui aussi la même triste fin en cas d'éruption volcanique titanesque. Je vous fais part de mon commentaire à cet article, et j'espère recceuillir des avis avisés:

 

Bonjour, je crois qu'il y a une erreur dans votre texte(j'en fais moi aussi, oubliant un jour trois zéro dans un nombre), vous écrivez Néanderthal a vécu de -700 000 à -250 000 au lieu de 25 000, le dernier squelette de Néenderthal étant daté à 24 ou 28 000 sur le rocher de Gibraltar.
D'autre part je croyais que les pro-néanderthaliens ont existé à partir de -950 000(angleterre homme de heidelbergensic je crois) mais que Néanderthal ne commence que vers -300 000, et que l'ensemble des caractères spécifiques à Néanderthal ne sont fixés que vers -130 000.
Je voudrais également précisez mon texte dans le commentaire:je me demande si dans un premier temps, il y a 100 000 ans comme vous dites, homo sapiens et néanderthal se seraient métissés dans un premier temps(examiner les représentations de ceux que les égyptiens de l'antiquité appelaient les asiatiques -populations du moyen orient- et qui ne ressemblaient pas du tout à ce que nous aujourd'hui reconnaissons comme asiatiques); peut être du fait que comme le gorille, le mâle dominant chassait les autres mâles ou que des femelles fuyaient parce que si le mâle dominant est renversé, son rival tue sa progéniture. Ce mode de reproduction appauvrit la diversité génétique côté mâle, et donc si il y a 75000 ans, la caldeira de Tobra tua un grand nombre d'hominidés, ce sont ceux dont le patrimoine génétique était le plus pauvre qui ont été éliminés, c'est à dire néanderthal, si les homo sapiens mâles se reproduisaient tous comme les chimpanzés. Affaiblie par cette diminution de population, les groupes néanderthaliens, du fait de la glaciation détruisant la couverture végétale, durent subir les attaques de grands groupes organisés d'homo sapiens ou de métisses qui volaient leur chasse ou pratiquèrent une anthropophagie de survie. D'autre part l'anthropophagie qui était déjà le fait d'homo antécessor, il y a 800 000 ans, du fait de la maîtrise du feu s'est répandu dans des groupes comme Néanderthal dont l'incisive n'est pas celle d'un carnivore, mais d'un herbivore, c'est peut être là l'origine de la première affection à prion comme le kuru qui affectaient les populations cannibales de nouvelle guinée, ou la maladie de la vache folle parce qu'un herbivore mangea des farines animales. 

 

lire également: Connaitrons nous la même fin que l'homme du Néanderthal?

 

                           Version nutritionnelle écolobabiste: mangeons suivant qui nous sommes.


Repost 0
Published by mariejeannejourdan - dans préhistoire paléanthologie
commenter cet article

Présentation

  • : Cartographie
  • Cartographie
  • : cartographies géopolitiques crées d'après le roman "le temps des révélations".voir site: http://marie_jeanne_ jourdan.publibook.com Roman à thèmes: sociologie, philosophie religieuse, cataclysme planétaire et organisation sociale à l'échelle planétaire permettant d'y faire face.
  • Contact

Profil

  • mariejeannejourdan
  • Ce blog décrit le monde utopique des "écolo-babistes", d'après le roman le temps des révélations, édition site publibook.
  • Ce blog décrit le monde utopique des "écolo-babistes", d'après le roman le temps des révélations, édition site publibook.

Recherche

Archives

Pages