Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

voir mise à jour lien nouvelle page en fin d'article.

Il était une fois, une femme sachant lire et voulant lire ce qu'elle voyait et non ce qu'on lui avait dit de voir, et comprendre à la lumière des connaissances de son temps ce que le livre de la génèse voulait nous raconter. Elle lut ce qui suit:
Puis l'éternel Dieu planta un jardin en Eden(plaine), du côté de l'Orient, et il y mit l'homme qu'il avait formé...Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin,et de là il se divisait en quatre bras. Le nom du premier est Pischon; c'est celui qui entoure tout le pays d'Havila(région d'Arabie ou des grands lacs africains?), où se trouve l'or. L'or de ce pays est pur; on y trouve aussi le bdellium(résine aromatique d'un arbre en arabie) et la pierre d'onyx. Le nom du second fleuve est Guihon; c'est celui qui entoure tout le pays de Crusch(Ethiopie, le nom du troisième est Hiddekel(Tigre), c'est celui qui coule à l'Orient de l'Assyrie. Le quatrième fleuve , c'est l'Euphrate.
- Et elle pensa:
Cette description semble évoquer l'Arabie à une époque où elle était verdoyante et abritaient des hommes chasseurs cueilleurs, avant l'agriculture.(voir: http://www.regard.eu.org/Livres.2/Le.cri.des.pierres/03.html)

Ainsi la tradition orale qui précéda le livre de la genèse remonte à la préhistoire, avant l'agriculture en orient soit à plus de 8000ans!
Quand je lis ce texte, une image de la représentation biblique du monde me vient à l'esprit:
les babyloniens imaginaient la terre comme une montagne creuse posé sur la mer, D'autre part une représentation biblique du "Lévithan", monstre marin gigantesque, le montre entourant une terre, et "le grand abîme correspond à la mer ou l'océan.
On peut donc penser que ce jardin était en Arabie, entourée par le Lévithan monstre marin correspondant à la mer rouge, la partie du golfe d'Oman et persique, et sans doute "le Lévithan" occupe le lit d'un fleuve mystique d'où les fleuves décrit plus haut trouvent leur source.
Ceci est une hypothèse parmi d'autres, mais la seule chose importe à retenir est que ce paradis décrit avec précision est bien un paradis terrestre qu'hébreux, juifs et musulmans plus tard aspirèrent tous à retrouver même si leur quête n'avait plus rien à voir avec le lieu d'origine: "Canaan pour les hébreux, Egypte pour les arabes, Constantinople pour les Turcs. Le paradis céleste est une invention de l'époque pré - chrétienne. En effet à l'époque de Jésus naquit l'idée d'un monde de l'esprit, les zélotes juifs aspiraient à la destruction de la Jérusalem terrestre corrompue qui amèneraient l'avènement de la "Jérusalem céleste". Cet héritage spirituel né des souffrances du peuple juif sous domination romaine, fut transmis à l'Europe moyenâgeuse et ses croisés, de même les cathares qui dans le sud de la France rejetaient la luxure des prélats papaux, cherchaient un monde de l'esprit, un paradis céleste puisque la terre ne semblait engendrer que souffrances en tous lieux et être le royaume du diable, le catharisme n'étant lui même qu'une résurgence de l'idéologie de "Marcion"  en Orient et condamné comme hérétique.

Elle lut encore:
Adam donna à sa femme le nom d'Eve car elle était la mère de tous les vivants.(Eve signifie "la vivante")

Elle songea:
Eve s'appellait "la vivante", plus tard Jésus dira qu'il donne la vie, il est le fils du Dieu vivant, Adam lui est tiré de la boue, un même mot en hébreu signifie le mari et le propriétaire, un même mot signifie l'épouse et la propriété.
Le Coran compare la femme à une "terre de labour".
Hors au néolithique, on retrouve en Europe et en Orient le culte de la déesse de la fécondité, de la terre comme de la femme, des statuettes aux formes androgyne très exagérées, au ventre évoquant la grossesse. Ce fut sans doute un beau culte, les hommes avaient la même mère, elle les encourageait à aimer leur terre et est parfaitement adapté à l'organisation au néolithique des grandes cités- états qui virent le jour en Orient et disparurent bien souvent du fait de la désertification progressive en Orient. Mais ce culte quand la vie des clans fut menacée en Orient comme en Europe par la guerre ou les conditions météorologiques, la désertification, entraîna de cruels et nombreux sacrifices humains. Le nom de "la vivante" n'est donc pas sans évoquer le culte de la déesse de la fécondité. C'est la femme qui donne la vie, la terre est féminisée et déïfiée. Ce culte est celui des clans liés à une terre, et ce culte se retrouvera sur tous les continents, à diverses époques, il ressurgira même dans l'empire romain décadent avec le culte païen de Cybèle  par l'empereur Calligula, dans lequel un homme émasculé se plie à un cérémonial devant une pierre noire déïfié. Cette pierre, tout comme celle sacralisée à la Mecque serait d'origine météoritique. De la même manière le christianisme substitua Noël, fête de la nativité, à la fête païenne de la lumière au solstice d'hiver; il semble que Mahomet établit un rite musulman autour de la pierre noire de la Mecque pour supprimer l'adoration païenne de cette pierre.
Le Dieu des hébreux était masculin puisqu'il créa l'homme à son image et qu'Israël est considérée comme son épouse. Israël désigne à la fois la terre donnée par leur Dieu, le patriarche fondateur, Jacob, qui prit le nom d'Israël, mais aussi l'assemblée des hommes d'Israël. Abraham institua la circoncision, rite africain qui existait notamment en Egypte, et il semble que Moïse la remis en application lors de l'exode, son premier fils ayant été circonci par son épouse qui était médianite(tribu descendant d'Abraham et une éthiopienne); Moïse également aura une épouse éthiopienne. L'anneau prépuciale semble avoir été considéré comme la partie féminine de l'homme qui est offert à un dieu masculin "en signe d'alliance", de la même manière que la jeune fille appartient à son mari par la perte de sa virginité(toutes les femmes servant un Dieu, y compris chez les hébreux devaient être vierge ou alors il existait également "la prostitution sacrée" rappelant le culte de la Terre-mère contre lequel s'opposèrent les prophètes hébreux. Et dans le rite du mariage judaïque, le passage de l'anneau au doigt seulement de la mariée symbolise son appartenance à l' époux ou "propriétaire".
C'est cette conception qui explique l'ordre de Moïse donné à ses guerriers vainqueurs des médianites de tuer les hommes et enfants de sexe masculin, les femmes en épargnant les vierges.

C'est alors qu'une idée lui vint et elle relut un passage précédent de la génèse:

Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l'Eternel Dieu avait faits.
Il dit à sa femme: Dieu a t-il réellement dit:Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin. Mais quand au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez.
Alors le serpent dit à la femme : vous ne mourrez point; mais Dieu sait , que le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal.
La femme vit qu'il était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence; elle prit de son fruit et en mangea; elle en donna aussi à son mari...
Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures. Alors ils entendirent la voix de l'Eternel Dieu , qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l'éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin, et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché.

Dans ce passage deux éléments ont été mélangés:
- D'une part il semble qu'une allusion très nette à la consommation de plantes hallucinogènes soit faite, plantes sacrées interdites semble t-il, et consommer afin de favoriser la méditation, comme cela se fait chez divers peuples d'Afrique ou Amérique latine.
On peut supposer que cet épisode relate également le passage de l'adoration de la désse mère ou de la terre à un Dieu masculin qui lui donne la vie.
A quel phénomène historique ce changement de culte peut -il correspondre? On sait que les Dieux masculins remplacèrent la déesse mère chez les peuples migrants, guerriers, que furent les indo-ariens qui par vagues successives colonisèrent l'Orient et l'Europe. Le sahara devint désertique progressivement entre 5000ans et 2500 ans, date précisément où apparurent en Egypte, en Inde, en Syrie, à Jéricho, en Mésopotamie..., les premières grandes cités-état, qui pour certaines disparurent également sous les sables.
L'arbre de la vie c'est peut être un arbre généalogique et la réflexion avec consommation de plantes hallucinogènes permit de comprendre que l'homme transmettait la vie par son "phallus" ce qui entraîna les divers cultes phalliques, notamment indo-ariens. Sans doute, la désertification entraîna des migrations, et donc le mélange de races, la naissance d'enfants ressemblant au père et donc l'idée que la vie était de transmission phallique également. Yhavé, Dieu des hébreux était un Dieu "jaloux", "coléreux", un Dieu de la guerre comme tout les dieux liés à un culte phallique. Ce Dieu était celui des hommes, il les accompagnait au combat, et transmettait à l'homme son pouvoir de donner la vie, avec ce Dieu comme les Dieux guerriers indo-ariens, l'homme s'émancipait de sa terre, chassé dans un premier temps par la désertification pour assurer la survie de sa progéniture, puis par la suite par la soif de domination, la cupidité, le désir de s'appoprier terre et richesse. 
Les hommes qui suivaient ce Dieu, anéantissaient les autres hommes et se multipliaient à la surface de la terre, tandis que ceux de la déesse-mère connaissaient les conséquences de la consanguinité, malformations, cécité précoce, stérilité. Que ce soit dans les familles royales égyptiennes, incas, à Qanan, ancienne cité état trouvée dans le désert syrien, on trouve des preuves osseuses de malformations congénitales évoquant la consanguinité. Ces problèmes se retouvent également dans le livre de la génèse: plusieurs épouses de patriarches semblent stériles, adoptent l'enfant d'une servante, ou deviennent fécondes dans des conditions évoquant des relations extraconjugales... 
Par la suite l'implantation des conquérants sur de nouvelles terres amenèrent des cultes mixtes, à la fois d'un Dieu de la guerre et de divinités locales protectrices, qui sont les représentations multiples de la Déesse mère, comme le culte des saints du christianisme avaient à la fois une vocation identitaire local, à chaque localité son saint, et un rôle d'intercession auprès du Dieu universel et masculin!
La particularité du culte des hébreux est de rester fidèle à un Dieu qui semble se manifester dans les flammes, les phénomènes sismiques, un Dieu de la guerre et de la migration, un Dieu qui finira par sédentariser son peuple sur un territoire sacré à qui l'on offre un animal entièrement consummé, contrairement aux grecs notamment pour qui le sacrifice animal donnait lieu à un banquet! Là encore on retrouve les origines de la déesse mère et du Dieu phallique:
- chez les hébreux un seul Dieu que l'on craint, un Dieu qui supplanta les Dieux réclamant un sacrifice humain, mais l'animal sacrifié n'est pas consommé mais consummé, il disparait pour éviter une colère divine source de grands cataclysme détruisant toute vie. Mais l'épouse doit être de même lignée tribale, car elle est liée à "la terre" de l'homme, manière de transformer le culte de la Déesse mère.
- chez les grecs, Zeus et ses éclairs qui a la supprématie sur les autres Dieux rappelle le Dieu des juifs;la déesse Terre n'a pas disparu et les animeaux sacrifiés nourrissent aussi les hommes comme la Déesse mère étaient censée le faire. Chez les grecs les Dieux ne se soucient pas des humains, mais ils ont des défauts bien humains. Mieux vaux cependant les respecter, car ces Dieux sont suceptibles et peuvent se montrer cruels tout comme la nature détruite par l'homme devient à son tour terriblement destructible. Le grec admire la beauté de la création, sacrifie par respect et demande de protection, mais les Dieux le laisse libre de sa conduite, il cherche l'immortalité dans la mémoire de sa descendance, par des victoires guerrières notamment, un début de conception de survie d'une vie d'esprit au sein de sa communauté de sang qui doit lui survivre.  

Les anciens cultes ne sont pas sans rappeller l'histoire des hommes. 

Ainsi en est il du culte de Mithra, Dieu solaire dont le culte remonte au mazdéïsme(voir histoire générale de Dieu de Gérard Messadier), religion des Indo-aryens remontant à 2000ans.
"Ce Dieu solaire, était le Dieu de la réflexion et de l'acceuil. Mithra est représenté comme égorgeant un taureau, il fut identifié tantôt à Attis, le Dieu renaissant de la nature, tantôt à Apollon, le Dieu solaire gréco-romain renaissance de la nature également. Son culte prendra un nouvel essor dans l'empire romain où il est voué au bien de tous les humains, protecteur de la vérité et de l'ordre, ennemi du mal sous toutes ses formes(colère, envie, vanité, paresse, et de toutes les divinités mauvaises). Son nom signifie "contrat et il est parfois symbolisé par une poignée de main, geste qui sanctionne les accords de toutes sortes."
La description d'un lieu de culte mithraïque montre qu'il était "conçut comme une cave percée d'une ouverture circulaire dans sa voûte , à brève distance de l'autel. Lorsqu'un rayon de soleil passait par cette ouverture, à midi, le 21 juin, date du solstice d'été, il tombait exactement sur cet autel. Hors tous les 2160 ans environ, le point vernal change(point d'apparition du soleil à l'équinoxe du printemps par rapport à la situation des constellations.) Le ministère de Jésus coïncide avec la fin du signe du bélier, et donc la fin du signe du taureau eu lieu plus de 2000 ans avant Jésus Christ, époque qui vit aussi disparaître des cités sous le sable du désert.
Comment ne pas voir dans celà l'histoire de la désertification que ce soit au Sahara ou au proche Orient: le soleil entraîne la désertification, l'élevage de bovins disparaît, remplacé par celui des caprins et ovins, mais cet élevage va aggraver le processus de désertification et le rendre irréversible car ces troupeaux rase les herbages bien plus que les bovins, et détruisent les arbustes, donc la possibilité d'une forêt renaissante qui protègerait de l'évaporation définitive de l'eau. 
Mithra, Yavhé, furent tout deux adopté par des peuples sédentaires devenus nomades( selon le livre de la genese, Dieu fit sortir Abraham de la cité d'Ur, ville sumérienne, c'est à dire une des cités sumérienne établit le long de l'Euphrate au 3eme millénaire et Abraham est considéré comme le père des tribus nomades hébreux ou arabes. On ignore l'origine des peuples indo ariens qui apparurent vers le 3eme millénaire avant JC sur les hauts plateaux de l'Iran, colonisèrent l'Inde et fondirent des cités remarquables qui apparurent près de 3000 ans avt JC puis de nouvelles vagues colonisèrent une bonne partie de l'Europe par vagues sucessives, et même les régions côtières du proche orient(décrit dans la bible ou dans les écrits égyptiens sous le nom de "peuple de la mer, hittite ou phillistins).
Le culte solaire  se retrouve aussi en Egypte sous une forme monothéïste, le Dieu Aton, mis à l'honneur par le Pharaon Akineton, et c'est peut être après sa mort que les hébreux fuirent d'Egypte selon la bible, et le culte d'Aton fut persécuté. Le Dieu des hébreux se manifeste sous la forme "d'une nuée", d'une colonne de fumée, et les villes prises par les hébreux dans le livre biblique de l'exode, se trouve le long d'une faille terrestre. Précédemment il est dit que sa lumière aveugle, tue celui qui regarde sa face, il apparaît sous la forme "d'un buisson ardent" dans le désert, il est donc lié au soleil, au feu, la fumée, les phénomènes sismiques. 
Il existe un élément objectif de l'ancienneté du judaïsme: il est question de la description dans le livre de l'exode de la destruction de Jéricho "par des trompettes qui font écrouler les murailles", description évoquant encore la prise d'une ville après sa destruction par un séÏsme.
Hors Jéricho et sa tour a été retrouvé et dater de la première moitié du 8eme millénaire avJC, abandonné au 6eme millénaire puis réinvestit au 3eme millénaire. Sans doute les hébreux s'installèrent-ils au cours de leur exode dans une ville détruite par un tremblement de terre qu'ils pillèrent.
Dans le nord ouest de l'Espagne et le sud de la France, on trouve les nombreuses peintures rupestres attribuées à des pasteurs - chasseurs  entre  18 000 et  10 000 ans, époque magdaléenne, à la fin du paléolithique supérieur qui correspond à la fin de la glaciation de Würm, qui connait une alternance de périodes de froid très rigoureux et de périodes d'adoucissement. Durant les premières, ils évoluent dans un paysage de steppe aux arbres très rares, tandis que, pendant les secondes ils vivent dans les forêts. Ils sont entourés d'Aurochs, de bisons, de bouquetins, de cerfs, de loups, d'hyènes et d'ours, de chevaux. Au tassili des Alger, au coeur du sahara, les nombreuses peintures rupestres sont attribués à des pasteurs-chasseurs du néolithique, on ytrouve des bovidés, et une riche faune africaine(antilopes, autruches, éléphants, indices de périodes plus humides).

Et c'est peut être là que se trouve l'origine des deux religions qui accoucheront du christianisme:
 La génèse semble avoir gardé le souvenir d'un monde paradisiaque où l'homme vivaient de la ceuillette: Eden. Sa description évoque un lieu situé dans le désert arabique, un désert ancien, plus que celui du Sahara. L'homme en a été chassé par Dieu pour avoir goûté un fruit de "l'arbre de la vie". Hors les shémas de représentations psychiques de l'homme restent inchangées, ce qui fait que l' on peut les retrouver à travers la religion qui en conserve le souvenir, c'est notre mémoire d'espèce.

-"Quand on sait comment des dieux masculins remplacèrent le culte de la déesse mère et de la terre universelle au néolithique, on peut se demander, se dit la femme, si l'histoire des religions monothéïstes, n'est pas l'histoire d'une bonne partie de l'humanité, africaine, sémite, indo-arienne, histoire de ces peuples qui se croisent, s'unissent, s'affrontent; et si l'arbre de vie de la génèse n'est pas la prise de conscience d'une lignée masculine par la transmission phallique de la vie, lignée que l'on représentera par la suite par les arbres généalogiques".

A Eden, Eve était "la vivante", une représentante de la déesse mère, à Eden la déesse mère de la terre règnait, protégeait, nourrissait l'humanité, les Dieux, forces de la nature, seuls étaient immortels(Abraham, patriarche commun des arabes et juifs, était originaire d'Ur, cité sumérienne, voici ce que dit à ce sujet un texte sumérien:Le Dieu du soleil apparaît: la vie sans fin tu ne la connaitras jamais. Une femme au bords de l' eau lui dit:"quand les Dieux ont crées les hommesils leur ont assignés la mort et se sont réservés l'immortalité à eux seuls. Jours et nuits amuses toi.Regarde le bonheur de ton petit que tu tiens par la main et le bonheur de ta femme serrée contre toi, car tel est l'unique perspective des hommes"). Les hommes lui rendaient hommage, les femmes mourraient en couche, et le nombre de chasseurs augmentaient les chances de survie de la tribu. A cette époque néolithique, tout comme dans les clans germains,
une femme avaient des rapports avec plusieurs hommes de son clan, ce qui, on le sait entraîne une compétition entre les spermatozoïdes pour féconder l'ovule, ce qui limite probablement le risque lié à la consanguinité. Mais Eve fut instruite par le serpent et la consommation du fruit de l'arbre de vie. On sait que des tribus primitives en Afrique, ou en Océanie, ou chez les esquimaux ou les indiens d'Amérique du nord et même la génèse y fait allusion, propose à l'étranger qu'ils acceuillent de coucher avec la ou les femmes de son hôte. Cest sans doute cette coutume ou la transmission d'une anomalie génétique qui fit comprendre à la tribu d'Adam que l'homme pouvait à travers la femme transmettre sa vie et donc accéder à l'immortalité, culpabilisa la sexualité, un homme ayant une ou des femmes devant assurer la survie de sa lignée. C'est sans doute cette prise de conscience qui fut cause de guerres tribales, pour enlever des femmes en grand nombre, et conquérir donc de plus grandes terres pour nourrir tout le monde. Et c'est ainsi que naquit le patriarcat aussi bien dans le judaïsme que dans chez les indo-ariens. Mais si le nombre de femmes augmentaient et avec elles le nombre de naissances, celà fut à l'origine d'une prédation plus importante sur la niche écologique d'Eden, et donc fut à l'origine du nomadisme, de l'agriculture, de la déforestation, du surpaturage, bref, de la désertification. Dans la génèse on trouve également la phrase suivante:"les fils des Dieux virent que les filles des hommes étaient belles, et ils les prirent pour femme" ce qui selon la bible entraîna une baisse de l'âge moyen. Les fils des Dieux, sont probablement ces tribus guerrières, placer sous la protection d'un Dieu universel comme le soleil ou Yahvé, qui ne craignaient pas d'afronter les hommes d'une terre et la divinité locale qui la protégeait, mais le mélange des races allait de paire avec la transmission de nouvelles maladies, l'augmentation de la population et donc le risque épidémique, la malnutrition en cas de sècheresse.
D'où le culte solaire qui apparut régulièrement, ce soleil qui brûla les paturages des bovins comme au Sahara, entraîna la ruine des cités sédentaires qui en dépendaient et favorisa les nomades et leur ovins ou caprins jusqu'à ce que le désert s'installe définitivement et que son soleil emmène ces nomades plus loin et les transforment en guerriers.
Yahvé, en est certainement l'héritier, lui à qui l'on sacrifie un animal entièrement consummé en remplacement du sacrifice humain (par le feu également), lui qui, en colère, prit d'autres formes destructrices comme les séïsmes.
Les historiens s'expliquent mal comment apparurent dans un temps très bref des civilisations capables de bâtir les pyramides en Egypte au Troisième millénaire avt JC, et à la fin de la seconde partie du deuxième millénaire, en Inde, en Crète, et au Proche Orient.

Alors la femme se souvint de ce qu'elle avait lu dans le livre de Gérard Messadié, "histoire générale de Dieu":

...La plus étonnante des ressemblances du mithriaïsme avec le christianisme est celle de la cène:"Celui qui ne mangera pas mon corps et ne boira pas mon sang de façon à se confondre avec moi et moi avec lui n'aura pas le salut."
Cette injonction... n'est pas une formulation archaïque de Jésus; ce sont des paroles sacramentelles du culte de Mithra...
La conception divine de Jésus était plus proche de la conception mithraïque d'un Dieu juste et bon, un Dieu de l'acceuil, du courage et de la probité, un Dieu que l'on admire, que de celle du judaïsme d'un Dieu dont on craint la colère, un Dieu jaloux pour lequel l'entrée d'un Païen(romain)
dans une maison juive pendant la Pâque juive, souillait la maison pour un an! La date choisie pour la naissance de Jésus par les chrétiens fut le solstice d'hiver d'où référence encore au Dieu solaire qui renait au solstice d'hiver.
Et l'usage du vin? qu'en pensez? Souvenons nous: Eve consomme et fait consommé à Adam un "fruit" qui ouvre l'intelligence, ils sont chassés d'Eden pour celà. Ce fruit "qui ouvre l'intelligence" évoque la consommation d'une plante hallucinogène, ainsi dans la religion védique(indo-aryenne)
les Aryas buvaient une boisson hallucinogène à base d'amanite phalloïde, la soma(ou Haoma)
Cette boisson met les célébrants en transe; mais c'est grace à elle, assurent les textes sacrés que l'équilibre du monde est maintenu. Noé qui chassa son fils qui l'avait fait boire, Moïse, Mahomed rejetèrent l'usage du vin.
Le mithrianisme est issu du mazdéïsme qui bien qu'étant une réforme monothéïsme du panthéon des Dieux indo-ariens, semble lui même avoir été influencé par la religion des hébreux et semble un prédécesseur du catholiscisme(un seul Dieu est digne d'adoration, il est le créateur de l'Univers, père de l'esprit sain, et ses émanations sont: "la bonne pensée, la justesse, l'application". Son adversaire est le Dieu du mal, du mensonge, des ténèbres et de la destruction qui siège aux enfers. La résurrection des morts aura lieu quand le Dieu du mal sera vaincu.
Jésus semble donc avoir repris la conception divine de Zarathoustra, qui pour lui est Yahvé qui peut s'adresser aussi aux non juifs, il observe le rite mithraïque car il est le rite des hommes de bonnes intentions au sein du monde dans lequel les juifs doivent s'intégrer: le monde de l'empire romain, son désir d'intégration se manifeste par l'adoption par ses disciples de prénom grecs à la place de leur prénom hébreu. Les mazdéens, comme les mithraïstes, distribuaient du pain consacré aux pauvres, et les adeptes de Mithra trempaient leur doigts dans un bénitier en entrant dans le mithraeum et  à droite une lampe devait rester allumer, au fond se trouvait l'autel.

-Alors la femme comprit:

Ces paroles de rite mithraïque à la Pâque juive où on sacrifie un mouton, à la fin de l'ère cosmique du bélier prennent tout leur sens: L'ère du Bélier au début de laquelle Abraham le pasteur nomade initia le sacrifice rituel de l'agneau prenait fin, un autre monde devait naître de la destruction de ce monde, et comme Mithra, Jésus s'offrait en sacrifice à son peuple pour renaïtre par l'esprit uni à la renaissance du Dieu dans un monde nouveau et meilleur, un royaume de l'esprit s'étendant sur tout le monde romain dans lequel ses disciples iraient prêcher créant des communautés solidaires, et son épouse, Mariamne, prendrait la tête de la communauté mère(tel était sa volonté, mais l'apôtre Pierre l'évinça.)
Sur la croix, il dit à sa mère en désignant "l'apôtre qu'il aimait":mère, voici ton fils et au disciple "voici ta mère" signifiant par là que son esprit à sa mort restera uni à Mariamne son épouse.


Lire également: Histoire de Satan qui devint le Diable.


                       link le volcan source d'inspiration des bâtisseurs de pyramides 
 
 

 

 
  


 
 



















Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Cartographie
  • Cartographie
  • : cartographies géopolitiques crées d'après le roman "le temps des révélations".voir site: http://marie_jeanne_ jourdan.publibook.com Roman à thèmes: sociologie, philosophie religieuse, cataclysme planétaire et organisation sociale à l'échelle planétaire permettant d'y faire face.
  • Contact

Profil

  • mariejeannejourdan
  • Ce blog décrit le monde utopique des "écolo-babistes", d'après le roman le temps des révélations, édition site publibook.
  • Ce blog décrit le monde utopique des "écolo-babistes", d'après le roman le temps des révélations, édition site publibook.

Recherche

Archives

Pages