Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

P1010429

 

Jésus l'homme qui serait mort pour avoir été féministe en désignant Mariamne(ou Marie Madeleine) sa compagne et disciple comme son successeur en tant que Maître .

 

La tradition catholique en fit une prostituée repentie, occultant son rôle majeur dans la communauté chrétienne primitive, et principal auprès de Jésus.
La première femme juive émancipée par l'amour que lui porta Jésus le nazaréen, celui que les chrétiens nommeront "Jésus-Christ".
Mais aussi la première victime du sexisme chrétien dès la mort de Jésus.
L'histoire de Mariam est indissociable de celle de Jésus.  Aussi allons nous commencer par raconter l'histoire de Jésus que les découvertes archéologiques modernes éclaire d'un jour nouveau.
Selon les évangiles canoniques(sélection arbitraire par l'église des textes évangéliques sur lesquels se bâtit le dogme chrétien), Jésus serait né d'une vierge "Marie".
Dans l'antiquité, des naissances miraculeuses de "vierges" auquels des Dieux s'unissent sont nombreuses, chez les grecs comme chez les égyptiens, et bon nombre de personnages légendaires, ayant existés ou non, ont eu une naissance ou une enfance miraculeuse. Mais en ce qui concerne les juifs, Dieu ne pouvait être lié à un être humain, il s'agissait d'un blasphème païen.
Jésus est née dans la Palestine sous domination romaine, où l'opposition à l'occupant allait grandissante, beaucoup espéraient en un Messie, envoyé de Dieu pour les conduire sur le chemin de la renaissance du peuple juif libéré.
Selon les évangiles canoniques, Joseph s'apprétait à répudier Marie, sa fiancée enceinte, avec qui il n'avait eu aucun rapport sexuel quand "un ange" vint l'avertir en songe de ne rien en faire que la conception de cet enfant était la volonté de Dieu et de l'appeller "Jésus" ce qui signifie "libérateur". Le choix de ce nom indique clairement la croyance de Joseph en la prédestination de l'enfant à libérer son peuple.
Plusieurs récits sur la naissance de Jésus ont circuler après la cruxification: son géniteur aurait été romain du nom de Pantheas..., sa mère aurait été présentée au temple et l'intégrité de l'hymen constaté... Elle devait être amenée par Joseph pour servir au temple (et c'est un neveu de Joseph qui serait le géniteur de Jésus), car de même que dans les temples grecs païens, des jeunes filles vierges pouvaient servir au temple.
Si Joseph voulait épargner Marie, c'est que probablement il la tenait pour innocente car sinon elle encourait la peine de mort par lapidation. Tel était en effet la peine encourue pour la femme adultère ou la jeune fille perdant sa virginité, sauf si selon la loie de Moïse, il s'agissait d'un viol et que des témoins pouvaient attester qu'elle avait crier pour être secourue. Ainsi la lapidation était aussi le châtiment d'un viol sans témoin!
D'autre part, il peut y avoir fécondation sans rupture de l'hymen ou pénétration incomplète, ou cicatrisation après un rapport unique, voir petite déchirure sans saignement. 
Il est donc probable que c'est ce qui s'est passé pour Marie, mère de Jésus, l''intégrité de l'hymen donna à penser qu'elle n'avait pas été "souillée", mais sa grossesse remit tout en question. On sait que Joseph était veuf sans enfant, âgé semble t-il. Selon les auteurs, lui ou Marie seraient descendants du roi David, et c'est de sa descendance qu'un messie était attendue "né d'une fille de Sion"(autre nom d'Israël). Alors, comme tout le monde sait, la nuit porte conseil, et Joseph à son réveil tint le raisonnement suivant: comme Israël, Marie, fille de Sion avait été souillée, mais Dieu avait effacée l'outrage, cet enfant était "oint par le seigneur" , le Christ rédempteur qui régénèrera Israël. Pour les hébreux, seul l'homme possèdait "la vie" à l'image de Dieu. La capacité à donner la vie indibutablement lié au sexe de l'homme, la femme ne faisait que recevoir et elle ne pouvait avoir accès à la vie éternelle de l'esprit. En tant que juif, Joseph ne pouvait croire à une union charnelle entre Dieu et Marie, mais Dieu avait fait d'elle "une vivante", surnom que les premiers chrétiens donnèrent aussi à Marie, et donc ainsi le pouvoir de concevoir, il l'avait "consacré", son corps était un temple de Dieu inviolable d'où l'intégrité de l'hymen. Jésus dira de lui même, je suis la vie, je donne la vie, sous entendu la vie éternelle de l'adam primitif androgyne pour les adeptes de la gnose.
Il existe encore de nombreux mystères dans la vie de Jésus, mais on sait également maintenant des vérités que l'on ne peut ignorer sans être de parfaite mauvaise foi.

- Le rôle majeur des femmes tenu dans son ministère et qui en sont même à l'origine, au grand scandale d'une société patriarcale aussi bien chez les juifs que chez les romains:
*De part sa naissance particulière, donc de part sa mère, il est dès sa conception considéré comme prédestiné à sauver le peuple juif. D'autre part, sa mère chez les chrétiens d'Orient connu un véritable culte qui n'est pas sans rappeller une version de la gnose dans laquelle, la partie féminine du Dieu bon androgyne serait tombée sur terre, et que le Dieu bon devait par l'esprit s'unir à elle par l'esprit, et s'incarner ensemble en Jésus.
*Au début de son ministère, comme Jean Baptiste et les esséniens, il appelle à la repentance dans une vision apocalyptique, et ne s'adresse qu'aux juifs et non aux samaritains considérés comme indignes de l'alliance par les autres juifs car métissés avec d'autres peuples. C'est une cananéenne qui le fera changer d'avis:
évangile de Matthieu 10- (5 à 10): N'allez pas vers les païens, et n'entrez pas dans les villes des Samaritains; allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël...
Matthieu 15(21 à 28): ...Et voici une femme cananéenne ...lui cria: Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David! Ma fille est cruellement  tourmentée par le démon... Il lui répondit: Je n'ai  été envoyé qu'au brebis perdues de la maison d'Israël.
Mais elle vint se prosterner devant lui, disant: Seigneur secours moi! Il répondit: il n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jetter aux petits chiens(Jésus, compare donc les cananéens à des chiens!) Oui, Seigneur, dit-elle, mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maïtres. Alors Jésus dit "femme ta foi est grande; qu'il te soit fait comme tu le veux. Et à l'heure même sa fille fut guérie.
*Quand il se rendra en Samarie, il ne sera pas reçu, parce qu'il était juif et que juifs et samaritains se haïssaient, c'est encore une femme, une samaritaine qui lui donnera de l'eau et qui le reconnut comme Messie
*Arrêté, il est abandonné de tous et ce sont "des femmes qui le suivent de loin,"
peut être prévenu par ce mystérieux "jeune homme nu" recouvert d'un drapqui suit Jésus et les juifs qui l'arrêtent et qui échappe à ceux qui veulent l'appréhender en lâchant le drap. S'il était nu c'est que probablement il avait quitté ses vêtements pour ne pas être reconnu, un romain peut être ou qu'il avait  traversé de l'eau.
*Au pied de la croix, trois femmes
Evangile de Jean19 (25à 27): Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la soeur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala (nom de Marie Madeleine dans l'évangile) . Jésus, voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: "Femme voici ton fils". Puis il dit au disciple:"Voilà ta mère." Et dès ce moment, le disciple la prit chez lui.
Qui était donc ce disciple? Au pied de la croix, sa mère, sa tante, sa compagne(voir évangile de Philippe, page "évangiles apocryptes prochainement"). Toutes trois répondant au prénom de Marie(ou Maria ou Mariamn) comme sa mère et toutes les femmes des évangiles qui cite également Marie de Béthanie et sa soeur Marthe, prénom derivée de Maria. Donc ce disciple que Jésus aimait c'est Mariamn (ou Marie de Magdala ou Marie Madeleine). Hors, il ne dit pas "voici ta femme" mais "voici ton fils", signifiant que son esprit restera uni à celui de Mariamn, ce que l'église dénommera plus tard "esprit sain" qui unit la communauté des croyants, et donc là encore, Mariam apparaît , au pied de la croix désigné pour remplacer Jésus auprès des siens. C'est aussi une consolation pour sa mère: l'esprit de son fils restera en Mariamn. L'église a glorifié qu'une Marie: la mère de Jésus et selon une concption judaïque: le réceptacle pur du fils de Dieu. Alors que pour Jésus, elle était bien autre chose qu'un vase sacré recevant la vie d'un enfant consacré à Dieu. Quand Jésus à 12ans se rend à Jérusalem, à la fête de Paques, ses parents au retour ne s'aperçoivent pas qu'il n'est pas parmi eux. Après avoir rebrousser chemin, au bout de trois jours, il le retrouveront assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. Tous ceux qui l'entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses. Quand sa mère lui demande pourquoi il a agi de la sorte et les a angoissés, il répond:  "Ne savez vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon père." Mais, nous dit l'évangile de LUC, ses parents ne comprirent pas ce qu'il disait. L'attitude du clergé de Jérusalem à son égard est difficile à connaître, mais on peut en conclure qu'adolescent, Jésus considérait Dieu comme son père et non joseph, sa mère comme l'épouse de Dieu, et donc explique le respect et l'intérêt qu'il portait aux femmes. C'est peut être vers 12 ans qu'il appris le secret de sa naissance. 
*Mais lisons l'évangile apocryphe de Marie(de Magdala):
...Simon Pierre leur dit:"Que Mariam(Marie Madeleine) nous quitte, car les femmes ne sont pas dignes de la Vie."
Jésus dit:"voici que moi je l'attirerai afin de la faire mâle, de façon à ce qu'elle aussi devienne un esprit vivant semblable à vous, les mâles. Car toutes femmes qui se fera mâle entrera dans le royaume des cieux."

...André prit alors la parole et s'adressa à ses frères: "Dites, que pensez vous de ce qu'elle vient de raconter? Pour ma part, je ne crois pas que l'enseigneur ait parlé ainsi; ces pensées diffèrent de celles que nous avons connues"
Pierre ajouta: "est-il possible que l'Enseigneur se soit entrtenu ainsi, avec une femme sur des secrets que nous ignorons? Devons nous changer nos habitudes; écouter cette femme? L'a-t-il vraiment choisie et préférez à nous?
...Alors Marie pleura. Elle dit à Pierre: Mon frère Pierre qu'as tu dans la tête? Crois tu que c'est toute seule, dans mon imagination que j'ai inventé cette vision, ou qu'à propos de notre enseigneur je dise des mensonges?
...Lévi prit la parole:" Pierre, tu as toujours été un emporté; je te vois maintenant t'acharner contre la femme comme le font nos adversaires. Pourtant si l'enseigneur l'a rendue digne, qui es tu pour la rejeter? Assurément l'enseigneur la connaît très bien...Il l'a aimée plus que nous.Ayons donc du repentir, et devenons l'être humain dans son entièreté; laissons le prendre racine en nous et croître comme il l'a demandé. Partons annoncer la bonne nouvelle sans chercher à établir d'autres lois en dehors de celle dont il fut le témoin."
Et Lévi rappelle ensuite que  Jésus l'a aimée plus que les autres apôtres.

Ainsi pouvons nous reconstituer la véritable histoire de Jésus et Mariam, occultée par l'église catholique et romaine, héritiaire du  temple de Jérusalem.
Dès son adolescence, Jésus reçoit un enseignement mystique et est préparé à être un leader spirituel et nationaliste.
Mais il se démarqua de son héritage judaïque en se considérant comme redevable envers Dieu seul, il se tourna vers une spiritualité d'harmonie et ouverte incompatible avec la partialité et agressivité d'un leader de révolte nationaliste d'un pays occuppé. Croyant lui aussi à "la fin des temps" et l'embrasement du monde", il parvint à la conclusion que cet embrasement résultait de l'absence d'harmonie sociale, elle même résultant de frustrations individuelles, elle même résultant d'une piètre spiritualité, elle même résultant de notre imperfection, imperfection qui ne pouvait se corriger qu'en retrouvant l'unité androgyne, et donc dans l'harmonie du couple et en donnant à la femme sa place dans la société.
Dans un premier temps, il marche sur les pas de Jean Baptiste, prêchant la repentance et la crainte de Dieu, la purification du temple. Il veut rassembler les juifs autour de lui, les affranchir du monde matériel qui doit disparaître, pour appartenir au monde de l'esprit du "Dieu vivant". C'est un prêcheur apocalyptique.
Mais le lien qui l'unit à sa mère, sa recherche paternel qui de par sa naissance le conduise à la recherche du Divin, son intelligence observatrice, vont lui donner une évolution individuelle unique: dans cet univers dominé par des hommes et des Dieux masculins, il va, dans un deuxième temps, s'interresser à l'esprit féminin, à la méditation comme à la sensualité.
Son Dieu est androgyne, l'homme et la femme sont comme deux parties d'une unité complémentaire, il prône la recherche de l'âme soeur, l'harmonie spirituelle qui dans l'union charnelle permet de retrouver la perfection de 
"l'Adam premier", être parfait spirituel issu du Dieu parfait et androgyne règnant sur le monde spirituel.
Dans sa philosophie religieuse, synchrétisme (religion puisant à plusieurs sources religieuses) de diverses pensées religieuses orientales(gnose grecque et judaïque, bouddhisme?, mystères égyptiens, mithraïsme d'origine indo-arienne), Jésus prônait une société moderne, ouvertes aux femmes et aux étrangers vertueux, de rechercher l'âme soeur, pour l'homme la femme n'était plus un objet convoîté et réceptacle de "sa semence", mais un esprit s'unissant au sien, lui apportant équilibre et sérénité. Du Judaïsme orthodoxe, il gardait le conseil de fuir le célibat.
Dans cette société confuse et violente, nageant dans l'angoisse existencielle nourrissant la folie meurtrière, il apportait les deux remèdes à l'angoisse existencielle débouchant sur le délire ou le suicide parfois collectif: la sérénité méditative et l'Amour total de son conjoint - âme soeur, l'amour des autres par la compréhension (amour de l'ennemi pris dans le sens "adversaire", et non pas le pervers qui tire jouissance de la souffrance des autres, qui lui, doit être retranché de la société: "mieux vaux perdre une branche pourrie que l'arbre")
Dans un troisième temps il refuse donc de devenir l'héritier de David qui rétablit un royaume juif, il veut être un leader spirituel, harmonisant les rapports entre les hommes et entre les hommes et les femmes. Il prêche au temple, au risque à la fin de se faire lapider, il dirige une communauté ouverte aux femmes et dont il lègue la direction à sa compagne Mariam quand il se sait condamné, provoquant la réprobation de l'apôtre Pierre qui probablement évincera Mariam. Pierre oeuvrera pour rétablir des rites judaïques et comme Paul "l'apôtre des païens", critiqueront les femmes qui prêchent.
L'influence du Judaïsme dans l'église dite "du Christ" est évidente quand on sait que la femme qui était avec Jésus un esprit à l'égal de l'homme, redevient assujetti à l'homme au point qu'il faudra un concile pour savoir si la femme avait une âme. Finalement ce sera Marie, mère de Jésus qui nous sauvera, pauvres femmes, puisque on ne pouvait décemment pas lui nier une âme et donc par conséquent nier une âme aux autres femmes!
L'encouragement au célibat est apparu dans la gnose gréco-judaïque, la femme empêchant la concentration de la méditation, l'encouragement au célibat a été fait uniquement par St Paul qui ne connut jamais Jésus de son vivant et appartenait selon lui à la caste des pharisiens, souvent critiqué par Jésus pour leur orgueil. Jésus ne prêcha jamais le célibat mais déclara : "n'avez vous pas lu que le créateur, dès l'origine, les fit Homme et femme?...Ainsi donc, l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme et les deux ne feront qu'une seule chair."
La loi juive encourageait le mariage et réprouvait le célibat, Jésus est appellé plusieurs fois "rabbi" dans les évangiles, c'est à dire "rabbin". S'il l'était, il devait être marié. De même, sans doute interrogé sur cette tendance des juifs mystiques(influence de la gnose greque), même mariés, de s'abstenir de relations sexuelles, Jésus répondit:
"il y en a qui sont eunuques et qui ne servent pas Dieu, et il y en a qui se font enuques pour servir Dieu, comprend qui pourra !"
Au sein d'une église qui sans le savoir se réclame d'un féministe, la femme reste inféodée à l'homme, pas de femmes ordonnées prêtres. Tout comme les premières femmes qui suivirent Jésus et prirent le nom de Marie, bien des jeunes filles devenant religieuses changeaient leur prénom par un prénom commençant par "Marie", mais elles n'ont pas droit de chercher l'âme soeur, comme Mariam elles doivent garder l'esprit de Jésus portaient une alliance en tant "qu'épouses de Dieu" devinrent des veuves innombrables, alors que Jésus conseillait aux jeunes veuves de se remarier contrairement à des usages orientaux ayant toujours cours de nos jours.
En France au moyen âge apparut la religion cathare dans le sud de la France en réaction à la luxure des grands prélats de l'église. Comme les zélotes, il croyait à un monde matériel dépendant du diable et on pouvait craindre de leur part des excès fanatiques également. Mais ils donnaient à la femme sa place dans la discussion religieuse, ce que les catholiques leur reprochaient, un religieux caholique refusa de discuter avec eux en présence d'une femme dont le rôle était selon lui, de cuisiner ou broder. C'est oublier ce passage d'évangile "canonique" dont reconnu par l'église:
évangile de Luc 10(38)-11: ..Marthe le reçut dans sa maison. Elle avait une soeur Marie, qui, s'étant assise au pied du seigneur, écoutait sa parole. Marthe occupée à divers soins domestiques survint et dit: Seigneur, celà ne te fait il rien
que ma soeur me laisse seule pour servir? Dis lui donc de m'aider. Le Seigneur lui répondit: Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu t'agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisie la bonne part et elle ne lui sera pas ôtée. 
Paradoxalement des musulmans intégristes qui ne connaissent que le Coran et exècrent le Judaïsme, donne à la femme la place qui était la sienne dans le judaïsme de Jérusalem antique, oubliant que le Coran se réfère à Jésus qualifié d' "homme parfait" , et par là même renient ce qu'ils prétentent tenir pour sacré!


Finalement, Jésus se fera probablement consacrer héritier de David, mais la description de la cène où il dit "ceci est mon sang, verser pour vous, prenez et buvez, et rompant le pain "ceci est mon corps, prenez et mangez" révèle un rite
mithraïque de communautés secrètes répandues dans l'empire romain(voir page à ce sujet publiée prochainement)
Judas le livre probablement avec son accord, car il entend être sacrifier pour sauver son monde de l'embrasement et en pratiquant un rite mithraïque faire de sa communauté une communauté judaïque, intégrant les communautés mithraïques. Mais Pilate se montra avisé, il ne condamna pas lui même Jésus en tant qu'agitateur voulant renverser le pouvoir en place, mais ce sont les juifs qui réclamèrent sa mort par cruxifiction, mort douloureuse et ignominieuse, l'agonie par asphixie lente pouvant durer trois jours. Puis à la grande colère des juifs, il fit mettre une inscription au pied de la croix "Jésus roi des juifs", ainsi l'héritier du trône de David mourrait condamné par le Sanhédrin comme hérétique, ce qui discrèditait et tuait encore plus sûrement la descendance de David. Mais selon les évangiles, à la fin de son agonie, des phénomènes évoquant un phénomène sismique sont décrit, ces manifestations naturelles sont évidemment interprétées comme de nature divine, et, selon ses opinions, chacun en tira sa conclusion:
- Les disciples de Jésus y virent une manifestation divine de reconnaissance de la nature divine de Jésus
- Les juifs comme la manifestation de la colère divine pour avoir voulu faire roi un hérétique et sa malédiction sur la lignée de David. Pour les zélotes qui par la suite attaquèrent Jérusalem et incendièrent le temple, la volonté de Dieu de détruire le temple de Jérusalem et purifier, par le fer et le sang versé, la ville. Une folie meurtrière dont précisément Jésus voulait sauver ses contemporains.

Jésus cependant  a probablement survécut à la crucifixion. En effet, pour abréger le supplice, on pouvait fracturer les jambes des condamnés qui, ne pouvant plus prendre appui sur leurs jambes pour respirer, mourraient asphixiés rapidement. Hors, comme Jésus avait été cruxifié entre deux zélotes(juifs en révolte contre le Temple jugé corrompu et l'occupant romain) pendant la préparation du sabbat, l'ordre fut donné de leur rompre les jambes afin de pouvoir enlever les corps avant le sabbat. C'est ce que firent les soldats pour les deux zélotes, mais Jésus, sous prétexte qu'il était déjà mort (en fait probable perte de connaissance) reçut simplement un coups de lance sur le flanc. Pilate autorisa Joseph d'Arimathée à prendre le corps de Jésus où il l'amena dans un tombeau en pierre neuf, c'est à dire une petite salle creusé dans la roche dans laquelle on laissait sur une dalle en pierre le cadavre se décomposer avant de receuillir les ossements dans un ossuaire. On peut supposer qu'il fut évacué dans la nuit, et c'est encore des femmes dont Marie de Magdala(Marie Madeleine), la compagne de Jésus, qui trouvèrent le tombeau vide le matin et annoncèrent sa résurrection.   

- lire la revue n° 28 déc 2006 "les grands mystères de l'histoire" pour qui s'interresse à la Gnose et les textes apocryphes

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Cartographie
  • Cartographie
  • : cartographies géopolitiques crées d'après le roman "le temps des révélations".voir site: http://marie_jeanne_ jourdan.publibook.com Roman à thèmes: sociologie, philosophie religieuse, cataclysme planétaire et organisation sociale à l'échelle planétaire permettant d'y faire face.
  • Contact

Profil

  • mariejeannejourdan
  • Ce blog décrit le monde utopique des "écolo-babistes", d'après le roman le temps des révélations, édition site publibook.
  • Ce blog décrit le monde utopique des "écolo-babistes", d'après le roman le temps des révélations, édition site publibook.

Recherche

Archives

Pages