Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

P1010486

 

Les trois femmes qui influèrent sur l'enseignement de Jésus

 

 

-Il y eut en premier, Marie, sa mère.
 Marie est la seule femme à être nommée comme Eve, la femme du premier homme, Adam, "la vivante".
(Adam serait en faite l'ancêtre commun d'une tribu vivant dans l'actuelle Arabie, chassée par la désertification et qui migra vers un lac en dessous du niveau de la mer, à l'emplacement de l'actuelle mer noire jusqu'à ce que la montée des eaux de la Méditerranée entraîne la rupture de la barrière du Bosphore, il y a plus de 7000ans, et la formation de la mer noire par envahissement du lac par les eaux de la méditerranée.lire: Quand religion, histoire, et évolution psychologique ne font qu'un... )

Elle fut enceinte de Jésus alors qu'elle était fiancée à Joseph. Peut être fut-elle victime d'un viol, en tout cas,comme cela se produit assez souvent, lors d'un premier rapport sexuel, elle fut enceinte sans que l'hymen ne fut rompue(selon des textes déclarés apocryptes par l'église, elle aurait été examinée au temple et le respect de la virginité constatée. D'autre part elle est parente d'Elizabeth, de la maison d'Aaron qui elle aussi fut enceinte dans des circonstances troubles, donc Marie est aussi de la maison d'Aaron, c'est à dire la caste des prêtres du temple).
Une chose est certaine, Jésus sait que Joseph n'est pas son père biologique, et se nomme plusieurs fois "le fils de l'homme", faisant en cela référence à une croyance gnostique: Dieu aurait crée un Adam parfait auprès de lui, c'est à dire un Adam sous forme d'un esprit humain pur.La race humaine descendrait du second Adam crée par des démiurges à partir de la boue, si imparfait qu'il ne pouvait se mouvoir. Dieu en eut pitié et mis en lui une étincelle divine. C'est à partir de là qu'Esséniens, gnostiques orientaux, puis en France plus tard, Cathare, crurent que la matière était oeuvre du Diable, qu'il convenait de nous débarrasser de notre envelloppe corporelle pour retrouver une vie d'esprit pur vivant dans la félicité auprès de Dieu. La croyance gnostique était répandue aussi bien chez les grecs que chez les juifs, ce qui explique que les disciples hébreux de Jésus prennent un nom grec(ex Pierre se nommait Simon).
Selon la gnose, la Eve du premier Adam aurait été violée et précipitée sur terre par des démiurges, elle retrouvera sa pureté originelle en perdant son envelloppe corporelle et retournant auprès du premier Adam.
Marie, était donc la vierge qui ne pouvait être souillée, la Eve ayant retrouvée sa pureté originelle, qui portait l'enfant du premier Adam qui devait conduire les hommes à se préparer au jugement dernier quand surviendra l'Apocalypse mettant fin à ce monde matériel de souffrances et laissant place au royaume de Dieu, un royaume d'esprit. Les hommes devaient mériter leur place auprès du premier Adam au sein d'un Dieu d' Esprit, et Jésus, fils du premier Adam, était là pour les guider.

Mais Jésus s'émancipa de cet enseignement:
-évangile selon ST Marc, chap 3, v 1 à 35:

Jésus entra de nouveau dans la synagogue. Il s'y trouvait un homme qui avait une main sèche. Ils

observaient Jésus, pour voir s'il le guérirait le jour du Sabbat: c'était afin de l'accuser....il leur dit: est-il

permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal, de sauver une personne ou de la tuer? Mais ils

gardèrent le silence. Alors, promenant ses regards sur eux avec indignation, et en même temps affligé de

l'endurcissement de leur coeur, il dit à l'homme:Etend ta main. Il l'étendit, et sa main fut guérie.

Les pharisiens sortirent, et aussitôt se consultèrent avec les hérodiens sur les moyens de le faire périr.

Jésus était donc un guérisseur, et ce passage relate simplement des soins à une personne présentant

probablement un eczéma de la main, et il considérait que la souffrance devait être soulagée au plus vite,

quitte à enfreindre un règlement social et religieux: le Sabbat, qui, dira t-il encore," a été fait pour l'homme et

non l'homme pour le Sabbat".

Jésus se retira vers la mer avec ses disciples. Une grande multitude le suivit de la Galilée, et de la Judée, et

de Jérusalem, et de l'Idumée, et au delà du Jourdain, et des environs de Tyr et de Sidon, une grande

multitude apprenant ce qu'il faisait, vint à lui. Il chargea ses disciples de tenir toujours à sa disposition une

petite barque, afin de ne pas être pressé par la foule. Car comme il guérissait beaucoup de gens, tous ceux

quiavaient des maladiesse jetaient sur lui pour le toucher. Les esprits impurs, quand ils le voyaient, se

prosternaient devant lui, et s'écriaient: tu est le Fils de Dieu. Mais il leur recommandait très sévèrement de ne

pas le faire connaître.


- Jésus donc doit sa popularité à ses talents de guérisseur, et refuse d'être appellé "fils de Dieu". Il parle de lui comme étant "le fils de l'homme", le fils du premier Adam qui est céleste et dont l'esprit est entièrement pur. En effet, chez les grecs ou les égyptiens, des vierges sont mises enceinte par des Dieux, pour les juifs, y compris Jésus, croire en une union entre Dieu et une mortelle est blasphème car Dieu est esprit, la matière étant oeuvre dans la gnose des Eons, créateurs imparfaits ou démiurges ou encore démons bibliques, issues du seul Dieu intemporel et d'esprit pur et parfait. Il est probable que sous l'influence populaire et greco-romaine dans laquelle se dévelloppa le christianisme primitif, la notion complexe de "fils de l'homme" fut assimilé à "fils de Dieu" donc Dieu lui même tel que s'autoproclamèrent l'empereur macédonien Alexandre le grand, et après lui des empereurs romains. De même la représentation de Dieu sous les traits d'un vieil homme solide et barbu, n'est pas sans évoquer Zeus, Dieu grec dominant sur les autres Dieux grecs. En effet à aucun moment Dieu n'a visage humain dans la bible, et l'homme est semblable à Dieu de part sa nature créatrice.
Matthieu, rédacteur de cet l'évangile qui fut faite bien après la mort de Jésus, interpréta sans doute l'interdiction faite par Jésus de l' appeler fils de Dieu, comme une volonté de ne pas vouloir être reconnu trop tôt, alors que pour Jésus, comme pour tout autre juif, cette appellation était blasphématoire.
D'autre part, cette précaution de Jésus de ne pas vouloir être reconnu, allait mal avec le caractère provoquant de Jésus qui n'hésitait pas à défier oralement ses détracteurs et se sauver in extrémis pour échapper à une lapidation.

Il monta ensuite sur la montagne; il appela ceux qu'il voulut, et ils vinrent auprès de lui. Il en établit

douze, pour les avoir auprès de lui, et pour les envoyer prêcher avec le pouvoir de chasser les démons...

Il se rendirent à la maison, et la foule s'assembla de nouveau, en sorte qu'ils ne pouvaient même pas prendre leur repas.

Les parents de Jésus, ayant appris ce qui se passait, vinrent pour se saisir de lui; car ils disaient: Il est hors

de sens

Et les scribes qui étaient descendus de Jérusalem, dirent: il est possédé de Béelzébul; c'st par le prince des

démons qu'il chasse les démons. Jésus les appela, et leur dit sous forme de paraboles: Comment Satan

peut-il chasser Satan? Si un royaume est divisé contre lui même, ce royaume ne peut subsister; et si une

maison est divisée contre elle même, cette maison ne peut subsister. Si donc Satan se révolte contre lui

même, il est divisé, et il ne peut subsister, mais c'en est fait de lui. Personne ne peut entrer dans la maison

d'un homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet homme fort; alors il pillera sa maison. Je

vous le dit, tous les péchés seront pardonner aux fils des hommes, et les blasphèmes qu'ils auront proférés:

mais quiconque blasphèmera contre le Saint Esprit n'obtiendra jamais le pardon: il est coupable d'un péché

éternel. Jésus parlaainsi parce qu'il disaient: il est possédé d'un esprit impur.

Survinrent sa mère et ses frères qui se tenant dehors, l'envoyèrent appeler. La foule était assise autour de

lui, et on lui dit:Voici, ta mère et tes frères sont dehors et te demandent. Et il répondit: Qui est ma mère, et

qui sont mes frères? Puis jetant des regards sur ceux qui étaient assis autour de lui: voici, dit-il,ma mère et

mes frères. Car quiconque fait la volonté de Dieu, celui là est mon frère, ma soeur, et ma mère
.

Dans ce texte, Jésus se démarque nettement de la solidarité tribale et montre sa détermination à fonder une communauté spirituelle aussi solidaire qu'une vraie famille. Il s'émancipe de la tutelle de Jean Baptiste, et probablement de celle de sa mère:
Il n'est pas là en tant que "purificateur-exterminateurs" tel que les esséniens et Jean Baptiste,voir sa mère, le conçevaient et ce qui sera également la conception, bien plus tard, des inquisiteurs du Vatican, ou encore des nazis, mais puisqu'il est "le fils de l'homme", c'est à dire de l'Adam spirituel, il sera plus fort que les démiurges et sera faire régner dans le coeur de chaque homme, l'étincelle spirituelle émanant du seul Dieu pur et d'esprit qui dominera sur la matière et dont la mort nous libère. En effet, après la mort, il reste l'âme, étincelle d'esprit du Dieu supérieur qui demeurera éternellement unie à ce dernier. A ceux qui lui demanderont si une femme, veuve plusieurs fois, s'est remariée plusieurs fois, de qui sera t-elle l'épouse après sa mort, Jésus répondit: de personne car après la mort, il n'y a plus ni homme ni femme, mais seulement des esprits au sein de Dieu dans la lumière de sa félicité et de sa vérité.
Si Marie, sa mère reste des plus discrètes, il semble que cela fut de la volonté même de Jésus.
Evangile de Luc chap 11, verset 27:...tandis que Jésus parlait ainsi, une femme élevant la voix du milieu

de la foule, lui dit:heureux le sein qui t'a porté! Heureuses les mamelles qui t'ont allaité! E t il répondit:

Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent!


Il y eut en second, une païenne, cananéenne selon St Matthieu, grecque selon St Marc:
Marc chap 7 verst 24 à 30

Jésus, ...s'en alla dans le territoire de Tyr et de Sidon. Il entra dans une maison, désirant que personne

ne le sache; mais il ne put resté caché. Car une femme, dont la fille était possédée d'un esprit impur,

entendit parler de lui, et vint se jeter à ses pieds. Cette femme était grecque, syrophénicienne d'origine.

Elle le pria de chasser le démon hors de sa fille.Jésus lui dit: laisse d'abord les enfants se rassasier; car il

n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. Oui, Seigneur, dit elle,

mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leur maïtres. Alors il lui dit:

A cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille.Et quand elle rentra ..elle trouva l'enfant couchée

sur le lit, le démon étant sorti.

Ces sentiments de possession par un démon renvoie à des tableaux psychiatriques ou d'agitation chez un enfant lors d'un épisode fébrile, dont une grande angoisse est souvent l'élément de déclenchement ou d'accompagnement prédominant. Quand il s'agit d'un enfant,parfois c'est l'angoisse de la mère qui est ressentie et perturbe l'enfant, en rassurant la mère, n'apaise indirectement l'enfant De part son aura de sauveur et ses talents de guérisseur, Jésus est donc dans ce cas un habile psychothérapeute de l'angoisse.
Une païenne, cananéenne selon l'évangile de Matthieu, une grecque selon St Marc, s'adresse donc à Jésus pour calmer l'agitation de son enfant. Dans l'évangile de Matthieu, Jésus répondra également: "je n'ai été envoyé qu'aux brebis égarées de la maison d'Israël."
Il est plus probable que cette femme fut grecque, car des grecques, notamment les grecs gnostiques, s'interressèrent à l'enseignement du judaïsme, mais en général, ils refusaient la circoncision et ne pouvaient donc être convertis au judaïsme. Ils étaient autorisés à rester sur le parvis du temple pour suivre le prêche juif, et les juifs les nommèrent "les gentils" du fait de l'intérêt qu'ils portaient au judaïsme. Jésus lui fait donc remarquer qu'elle n'est pas juive et ne peut donc bénéficier de son aide puisqu'il intercède auprès du Dieu des juifs, elle lui rappelle que les grecs acceptent une position humiliante pour s'instruire religieusement au temple, ils ont des "miettes d'enseignement" et peuvent donc bénéficier de miettes de secours divin.Jésus, dont l'enseignement s'adresse aux humbles, pauvres, marginaux, ne peut qu'être touché par l'humlité de cette femme.
C'est peut être cette rencontre qui expliquera un changera d'attitude chez lui:
Dans l'évangile de Matthieu, (chap 10, verset 1à 15) Jésus dit à ses apôtres: "n'allez pas chez les païens, et n'entrez pas dans les villes des samaritains
(les samaritains étant les descendants d'assyriens ou autres peuples transplantés dans le cadre d'une politique de colonisation assyrienne ancienne et convertit à un judaïsme moins rigoureux); alez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. Allez préchez et dites: le royaume des cieux est proche. Guérissez les malades, ressucitez les morts(il est probable qu'à cette époque un simple malaise lipothymique était considéré comme une mort suivie d'une ressurection, tant ce phénomène semble courant aussi bien dans la bible que dans le Coran!), purifiez les lépreux, chassez les démons."
Mais dans l'évangile de St Jean, Jésus s'adresse à une Samaritaine en lui demandant à boire, devine son passé comme le ferait une voyante, sans doute servit par son sens très aigü de l'observation, et par son entremise, gagne la foi d'un groupe de samaritains.
-Dans la parabole du bon samaritain, on constate qu'il n'est plus question de préparer une communauté juive au jugement dernier, mais de former une communauté harmonieuse avec tous ceux qui se considèrent comme "proche" au sein d'une solidarité sociale, basée non pas sur des liens tribaux mais sur des valeurs morales communes. La conception de la communauté chrétienne est née:

-Evangile de Luc, chap10, verset 25 à 37:

-Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l'éprouver:Maître, que dois je faire pour hériter de la vie

éternelle?Jésus lui dit: Qu'est-il écrit dans la loi? Qu'y lis tu? Il répondit: tu aimeras le seigneur ton dieu de

toute ton âme, de toutes ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi même. Tu as bien

répondu, lui dit Jésus; fais cela et tu vivras. Mais lui, voulant se justifier, dit àJésus: et qui est mon prochain?

Jésus reprit la parole et dit: "un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba aumilieu des brigands,

qui ledépouillèrent, lechargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort.Un sacrificateur, qui

fortuitement descendait par le même chemin, ayant vu cet homme passa outre. Un lévite, qui arriva aussi

dans ce lieu, l'ayant vu, passa outre. Mais un samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de

compassion lorsqu'il le vit. Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin; puis il le mit

sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui.Le lendemain, il tira deux deniers, les

donna à l'hôte, et dit: Aie soin de lui, et ce que tu dépensera en plus, je te le rendrai à mon retour. Lequel de

ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands? C'est celui qui a

exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit: Va, et toi, fais de même.

  
La troisième femme jouera un rôle majeur, c'est Marie Madeleine, son épouse, à qui, se sachant condamner, il confiera la direction de la communauté chrétienne primitive.
L'évangile de Marie Madeleine, nous montre pourquoi et comment Pierre l'évinça.
Puis Paul s'attacha à limiter le rôle des femmes dans l'église naissante.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Cartographie
  • Cartographie
  • : cartographies géopolitiques crées d'après le roman "le temps des révélations".voir site: http://marie_jeanne_ jourdan.publibook.com Roman à thèmes: sociologie, philosophie religieuse, cataclysme planétaire et organisation sociale à l'échelle planétaire permettant d'y faire face.
  • Contact

Profil

  • mariejeannejourdan
  • Ce blog décrit le monde utopique des "écolo-babistes", d'après le roman le temps des révélations, édition site publibook.
  • Ce blog décrit le monde utopique des "écolo-babistes", d'après le roman le temps des révélations, édition site publibook.

Recherche

Archives

Pages