Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 17:21

La femme adultère, la jeune fille qui n'était pas vierge jusqu'à son mariage, risquaient une mort atroce dans la théocratie judaïque régie par la thora à l'époque de Jésus, comme c'est encore le cas de nos jours dans des pays régentés par la charia.

Et pourtant, il était une malédiction tenue pour divine, que les femmes redoutaient plus que tout: la stérilité, car une femme stérile était considérée comme ignorée de Dieu, et donc elle était mise à l'écart de la société.

La vie était donné par Dieu. Lorsque nouveau né il était circonci, on offrait à Dieu le prépuce considéré comme la partie féminine de l'homme, Israël était "l'épouse de l'Eternel" et en retour Dieu rendait fécondes les femmes quand l'homme lors du rapport sexuel, déposait "sa semence". Le Coran reprendra cette conception passive de la femme en la comparant à "une terre de labour". L'eau a un caractère sacré, une vertu purificatrice, car si la terre est assimilé à la femme, le sperme à la semence, l'eau est indispensable pour que la semence germe, tout comme la bénédiction divine à la fécondité de la femme. Et comme les hommes de cette époque cherchaient des explications par l'observation(apparition de la vie par "l'oeuf primordial" chez les égyptiens), il n'est pas impossible qu'une glaire importante et fluide chez la femme jeune en période ovulatoire et constatée lors des rapports ait été assimilée à l'eau fécondatrice sacrée.

Mais on ne peut manquer d'être frappé par le nombre de "femmes stériles" devenant fécondes dans la bible:

La femme d'Abraham, après avoir été présenté à Pharaon,la femme d'Isaac présenté à Abdimelèc,  et selon un évangile apocrypte, Anne, mère de Marie mère de Jésus, qui selon le protévangile de Jacques se lamentait d'être stérile et devient enceinte après une absence de 40 jours de son époux...

Il n'est pas impossible que l'adultère ait été parfois, la solution à la stérilité, qui pouvait également sous entendre des morts-nés ou des enfants atteints de maladies génétiques diminuant leur chances de survie, liés à la consanguinité. De nos jours, les unions consanguines entre cousins, afin de ne pas disperser les terres tribales, sont àl'origine de certaines pathologies génétiques.

Selon la loi de Moïse, avant son mariage la femme appartenait à son père, après son mariage, elle appartenait à son époux qui pouvait la répudier.

Que disent les évangiles sur la position de Jésus sur ces sujets?

 

Vous avez appris qu'il a été dit: Tu ne commettras point d'adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son coeur, si ton oeil droit est pour moi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne...Il a été dit: que celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce. Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d'infidélité, l'expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère. Evangile de Matthieu chap 5

 

 

Les pharisiens l'abordèrent, et dirent pour l'éprouver; est - il permis à un homme de répudier sa femme pour un

 

motif quelconque? Il répondit: n'avez vous pas lu que le créateur, au commencement , fit l'homme et la femme

 

et qu'il dit: C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les

 

deux deviendront une même seul chair? Ainsi ils ne sont plus deux, amis une seule chair. Que l'homme donc ne

 

sépare pas ce queDieu a joint.

Pourquoi donc lui dirent - ils, Moïse a t-il prescrit de donner à la femme une lettre de divorce et de la répudier? C'est à cause de la dureté de votre coeur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes; au commencement il n' en était pas ainsi. 

Ses disciples lui dirent: si telle est la condition de l'homme à l'égard de la femme, il n'est pas avantageux d'être marier. Il leur répondit: tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné. Car il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère; il y en a qui le sont devenus par les hommes, et il y en a, qui se sont rendus eunuque à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre, comprenne.

Matthieu chap 19

 

Lorsqu'ils furent dans la maison, les disciples l'interrogèrent encore là dessus. Il leur dit:celui qui répudie sa femme et qui en épouse une autre commet un adultère à son égard; et si une femme quitte son mari et en épouse un autre, elle commet un adultère.

 

Mais comme nous l'avons déjà vu, quand  ceux "qui cherchaient à le faire périr lui aussi" amenèrent à Jésus une femme accusé d'aldutère et condamnée à la lapidation, Jésus joua les indifférents, continuant à écrire dans le sable, et il dit simplement: "que celui qui n'a jamais pêché, jette la première pierre". Personne ne commença et ils finirent par tous partir, alors Jésus lui dit: "va, je ne te juge pas non plus".

 

-Que pensez de ce qui peut apparaître comme une contradiction: une condamnation de l'adultère très ferme, puisque même la pensée est coupable, et d'un autre côté, une indulgence vis à vis d'une femme qui peut être un motif utilisé par ceux qui veulent le perdre?

 

C'est simple:

- Pour Jésus, l'union charnel n'est que le moyen d'unir les esprits également en un seul, reconstituer l'adam androgyne parfait né de l'union fusionnel de deux esprits complémentaires, l'âme soeur qui fait de vous quelqu'un de fort et équilibré tel l'âme du défunt qui participe "au saint esprit", communauté des esprits des croyants en un seul esprit qui est aussi celui créateur. Donc, s'il n' y a pas union des esprits, amour de la personnalité de l'autre, le lien charnel perd son sens, c'est une recherche de plaisir sans amour ce qui est pour lui un adultère.

- Ainsi si un homme ou une femme se remarie, il y a adultère vis à vis du conjoint qui perd son "âme soeur", le remariage n'y change rien.

- Jésus condamne surtout la séduction, celui qui séduit pour valoriser son égo, celui qui perturbe un couple qui s'entendait.

- Mais à la femme aldultère il dit, "va, je ne te juge pas non plus". Car personne n'est à l'abri du péché, à chacun de prendre conscience de ses fautes et de s'amender. D'autre part, en même temps qu'il condamne l'adultère, s'en suit un discours sur les eunnuques qui à première lecture pourrait paraitre hors de propos. Mais en fait, il met probablement en cause le mari dont l'attitude serait en cause dans l'adultère de sa femme, d'ailleurs le mari qui répudie sa femme pour une raison autre que l'adultère est responsable de "l'adultère" de sa femme. On peut en déduire également que celui qui néglige sa femme est responsable de son infidélité. Le terme "eunnuques" faisant référence aussi bien à ceux qui sont castrés ou bien peut être ceux qui ont eu une complication de la circoncision qui peut entraîner la nécrose du gland en cas d'hémorragie, ou encore celui qui renonce aux relations sexuelles avec sa femme pour favoriser la rêverie mystique, comme c'est le cas des philosophes ascétiques de la gnose qui sont peut être ces pharisiens tant critiqués par Jésus.

De même celui qui séduit une femme mariée, reste un pêcheur même s'il l'épouse. D'où la réflexion du disciple "il n'est pas avantageux d'être marié", le mariage dans ce cas là, n'effaçant pas le péché.

- D'autre part, si on suppose que cette femme adultère est Mariamne, l'épouse d'Hérode, petite fille d'Hyrcan, dont Hérode tua le frère à 17ans et qu'il était grand prêtre, on comprend que demander à Jésus de la juger, c'était lui faire courir un risque à lui aussi s'il était le fils de ce grand prêtre de 17 ans assassiné, un descendant mâle d'Hyrcan dont Hérode assassina toute la famille. S'il jetait la première pierre, il tuait sa tante qui avait pris le parti de son père biologique, assassiné par son époux, s'il refusait de la condamner, il pouvait être considéré comme ennemi d'Hérode, en tout cas comme bravant son autorité.

En se dérobant à ce jugement qu'on voulait lui imposer, non seulement il sauva sa tante, mais en plus quand il lui dit, "va,  moi non plus je ne te juge pas", il reconnaissait qu'il y a des situations où le mari de par sa tyrannie(de plus Mariamne était sa dizième femme, et pour Jésus, la polygamie était équivalente à l'adultère) ne mérite plus le nom d'époux. Ainsi si l'un des époux commet une faute grave envers l'autre, que l'amour n'existe pas ou n'existe plus, si l'amour est mort sans séduction d'une tierce personne, alors celui qui est victime se retrouve dans la position d'un veuf ou d'une veuve à qui Jésus conseille de se remarier si elle est jeune.

Et l'on peut se demander s'il ne s'agit pas de Mariamne de Magdala, chez qui Jésus "chassa 7 démons" selon l'évangile, celle que l'église nomma "Marie Madeleine la pêcheresse", celle qui fut sa compagne et dont il voulut qu'elle prenne une part active et importante au sein de la communauté des disciples de Jésus lire:

 

- Le divorce, la séparation, ne sont donc pas incompatibles avec le christianisme, pour peu qu'il s'agisse de l'échec d'un couple, et non du résultat d'une séduction d'un conjoint alors qu'il y avait entente dans le couple. Mais l'esprit charitable ne doit pas pour autant être absent, c'est pour cela que celui qui se sépare de son conjoint car ils n'ont pas ou plus le même esprit qui les unissait, pour avoir évolué différemment, parce que l'un d'eux à refuser de s'interresser à son conjoint,  parce que leur conjoint n'est plus une parti d'eux même parce que l'indifférence de l'un les a séparés, alors ce conjoint s'ils ont des enfants devient leur frère ou soeur par descendant(les enfants) et ils se doivent assistance moral et matériel par égard pour leur enfant, sauf si l'un d'eux s'est avéré parent indigne.

Partager cet article

Repost 0
Published by mariejeannejourdan - dans psychologie-sociologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Cartographie
  • Cartographie
  • : cartographies géopolitiques crées d'après le roman "le temps des révélations".voir site: http://marie_jeanne_ jourdan.publibook.com Roman à thèmes: sociologie, philosophie religieuse, cataclysme planétaire et organisation sociale à l'échelle planétaire permettant d'y faire face.
  • Contact

Profil

  • mariejeannejourdan
  • Ce blog décrit le monde utopique des "écolo-babistes", d'après le roman le temps des révélations, édition site publibook.
  • Ce blog décrit le monde utopique des "écolo-babistes", d'après le roman le temps des révélations, édition site publibook.

Recherche

Archives

Pages